Cuisine blanc laquée et crédence marbre

Une nouvelle cuisine !
Vue de nuit

L’un des premiers gros chantiers dans cette nouvelle maison à rénover aura été la conception d’une nouvelle cuisine.

Choix du cuisiniste

Avant même d’emménager dans la maison, nous avons eu 5 rendez-vous chez Schmidt. Le choix du cuisiniste n’a pas été compliqué, car nous les avion déjà consultés pour la précédente cuisine (noire), dans une autre région. Pour ce nouveau projet, je savais que je voulais absolument leurs aménagements de placards, très pratiques.

Pour rappel, l’ancienne cuisine était ainsi. Elle manquait de rangements, n’avait pas d’emplacement lave-vaisselle, et n’était pas à notre goût. L’idée de cette nouvelle cuisine était donc de revoir complètement les meubles, les matériaux et d’en profiter pour diminuer le coffrage très imposant afin de gagner en hauteur pour les rangements et d’aérer le tout.

Ceci n’allait pas se faire sans une rénovation complète du reste de la pièce de vie, avec le remplacement du carrelage par du stratifié et la peinture des murs. Mais ça, je vous en parlerais dans un autre article.

Repenser les rangements et les matières

Les rendez-vous chez le cuisiniste ont donc permis de repenser tous les rangements, avec la création d’une nouvelle colonne de 30 cm à gauche de celle où le frigo était encastré pour ranger toutes les boites de conserves, entre autres. Les meubles au-dessus de l’évier sont également plus grands. Le lave-vaisselle encastré a trouvé sa place sous l’évier. Une machine à café Neff encastrable a été placée au-dessus du four Neff, tandis que l’îlot central a été complètement revu pour être “plein” et ainsi avoir bien plus de rangements.

La hotte a été remplacée par une hotte encastrée à moteur déporté de la marque Novy. Elle est ultra silencieuse. La plaque à induction reste la même que nous avions avant, une De Dietrich.

Une cuisine entièrement blanche

La difficulté dans la conception de cette cuisine a surtout résidé dans son aspect. Nous la voulions minimaliste, complètement blanche, avec des portes brillantes laquées, hormis pour la crédence qui allait trancher.

Pour  cette crédence, j’avais repéré ce stratifié imitation marbre gris / noir chez Schmidt, donc cette partie-là a été validée dès le début, sans être revue par la suite. La particularité pour cette crédence a été ma volonté de la faire monter jusqu’au coffrage, soit plus d’1,25 m.

L’hésitation s’est surtout faite dans le choix du blanc. Et oui, avoir des portes de meubles blanches de la même couleur qu’un plan de travail, ce n’est pas si simple, parce que des nuances de blancs, il y en a plus que 50 ! Une chose était sûre, nous voulions du laqué, et du blanc partout, sans poignée. Schmidt proposait un blanc “arctique” très blanc pour les façades de meubles, mais pas le plan de travail qui allait avec (ce qui honnêtement nous a valu de râler quelques fois…). Ou du moins, pas dans une qualité suffisante pour qu’elle résiste dans le temps aux coups de couteaux, etc. S’en sont donc suivies des heures de galère, à chercher le matériau qui serait assez résistant, à un prix “raisonnable” et surtout dans la bonne teinte. Autant dire, ça a été très long.

Il a fallu finalement faire un compromis, en descendant d’une teinte de blanc pour les façades, pour être sur un moins arctique, qui irait ainsi avec un plan de travail en Quartz, le Silestone Iconic White que le marbrier proposait et que nous avions choisi.

Du Silestone pour plan de travail

Pourquoi être partis sur le Silestone pour le plan de travail ? Parce que du stratifié blanc n’aurait pas été assez solide, et parce qu’après étude des différentes pierres qu’un marbrier pouvait proposer, il a fallu faire un choix. Le Dekton était honnêtement le meilleur choix en terme de qualité, mais son prix (5 000 € pour un îlot de 1,60 m de long et deux plans en angle) nous a vite dissuadé, car pour un budget imprévu et en plus du reste de la cuisine, il faisait sacrément grimper la note. C’est donc sur le Silestone que notre choix s’est porté. Il s’agit d’un quartz dont la teinte de blanc correspondait, assez résistant pour une utilisation de cuisine.

Bref, nous avons passé commande fin septembre et fin novembre, la dépose puis la pose de la cuisine se sont succédées sur un temps de 3 semaines (le temps de casser le coffrage, de la refaire, de poser le sol, de peindre, que Schmidt installe les meubles, que les côtes soient prises pour les plans de travail avant qu’ils ne soient posés en derniers.). Tout ceci est consultable dans la story permanente “Travaux 2” de mon compte Instagram.

Mon avis sur cette cuisine

Difficile pour moi de ne pas en être fan ! Après des mois à l’avoir imaginée, cette cuisine rempli parfaitement ses objectifs : elle est pratique et son design nous plait fortement. La crédence est LA touche originale qui vient trancher le “classicisme” d’une cuisine blanche, et il a du succès à chaque fois qu’on le montre à des invités !

Elle n’est pas difficile d’entretien pour les façades (pas plus qu’un autre coloris), un peu plus pour le plan de travail à cause du Silestone (qu’il faut nettoyer rapidement après chaque nouvelle tâche), mais rien d’invivable.

L’électroménager est au top, on recommande Neff et Novy. La machine à café est le coup de coeur de monsieur. Pour l’évier, il s’agit d’un Franke noir qui vient trancher avec le plan de travail, dont nous n’avons rien à redire.

Un projet réussi pour nous 🙂

Et pour la déco ?

Pour conserver l’aspect minimaliste, la déco reste discrète dans la cuisine. Hormis les oiseaux de rivage de Normann Copenhagen, des planches à découper H&M Home en bois et une suspension Gubi au dessus de l’îlot, rien de prévu de particulier pour cette pièce-là !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *